Starf’ City – PART. II

A Starf’ City, théâtre des sept péchés capitaux, règnent les pires criminels de cette décennie. Une légende urbaine raconte que le diable lui-même y aurait passé son enfance.

– Jake putain répond …

Ce gars-là, c’est moi, Miller. Et pour tout vous dire, je suis encore plus paniqué que le jour où ma femme m’a demandé qui était cette « pute » qui m’avait envoyé un sms

 

Jake a des ennuis, je ne sais pas quel genre d’ennui, mais ça à l’air plus grave que la fois où il a bu la canette de Redbull de sa daronne. D’ailleurs, en temps normal c’est lui qui fait la voix off, mais étant donné les circonstances je prends sa place en intérim.

Donc je me dirige sur le lieu où il observait Le Nettoyeur (= « The Cleaner » en VO). C’est comme ça qu’il se fait appeler. Si vous voulez mon avis, on dirait le nom d’un produit pour laver les carreaux.

– Jake t’es là ?

– Houuuuuhouuuuuuuuu

Sans réfléchir, je dégaine mon arme aussi vite que Lucky Luke. J’aurais bien dit plus vite que mon ombre, mais vu qu’il fait nuit … Bah il n’y a pas d’ombre.

– QUI EST LÀ ?! Jake ?

– Houuhouuu !

– Putain c’est juste un hibou

– J’suis une chouette fdp tu veux que j’te montre ma chatte pour le prouver ?

(bon j’avoue que le coup de la chouette qui parle je l’ai inventé)

Je me rends à la dernière localisation connue de Jake. Une fois arrivé, je vois juste son carnet de note avec du sang dessus et un paquet de chips à moitié rempli. C’est limpide, Jake a été enlevé par Le Nettoyeur, parce qu’il ne serait jamais parti sans finir son paquet.

Heureusement pour lui, on a des systèmes de géolocalisation ultrasophistiqués sur nos téléphones (Merci à Rohff et sa technologie Surnaturel R500)

 

Je le localise et je le vois en mouvement, sûrement dans le coffre d’une voiture … Le Nettoyeur se dirige vers le centre-ville … puis il s’arrête au Cluckin Bell. J’active le micro du téléphone de Jake pour avoir d’avantage d’informations.

– Ok alors je prendrai une salade, avec des radis, de la vinaigrette, un peu de maïs. Et également une bouteille de vin, si possible un millésime, Bordeaux rouge, de 2001. 2001 est une très bonne année.

– Euh on parle toujours de vin là ou … ?

 

(“gneugneugneu placements de produit”, ouais et alors ? J’fais ça pour la thune et j’assume)

Donc Le Nettoyeur a des complices.

Enfin, ils se rendent au luxueux Duczer Hotel sur Nero Neme Street, dans le quartier chic de Kopp Plaza. J’appelle les renforts, pas question de me mesurer à eux tout seul, j’peux pas faire comme Neo et me télécharger le Jujitsu.

– Central à toutes les unités ici l’inspecteur Miller, le sergent Jake vient d’être enlevé, d’après la géolocalisation il serait retenu dans le Duczer Hotel. Je demande des renforts, une ambulance, et un paquet de Maltesers j’ai grave la dalle là.

Vu que c’est Jake qui a les clés de la Camaro, je suis obligé de me rendre sur place en bus. Je fouille dans mes poches pour payer le trajet et tout ce que je trouve c’est un trombone, un ticket de cinéma pour Star Wars 7, mais pas d’argent. Je m’arrange alors avec le chauffeur en usant de mon charme légendaire

– Erf, j’ai pas de monnaie là, mais vous savez on peut s’arranger …

– Mais vas-y t’es con ou quoi c’est une story là, pourquoi tu veux compliquer le scénario, fais style que t’en as et casse pas les couilles

– Ah ouais c’est vrai

Je monte alors dans le bus, et pour passer le temps pendant le trajet, je lis les notes de Jake.

 

 « Rtsi qd ta daronne touche les alloc elle retire tt en liquide et elle met ça sur insta en disant  « bicraveuse a tps plein askip #lecrimepaie »

– Rechercher sur doctissimo pourquoi ça brule quand j’vais pisser

 – Acheter du Tropico

– Télécharger saison 3 de The Wire

– Code argent illimité : L1 L2 R1 R2 haut bas haut bas haut bas »

 Au bout de 30 minutes, j’arrive enfin devant cette immense tour de verre et d’acier …

 

Les renforts sont déjà là et ont envoyé la totale : tireurs d’élite, armes de précision, lunettes à visée nocturne, et même des gants ventouses. J’ai l’impression de préparer le sauvetage du chancelier Palpatine.

Dans un élan de bravoure qui m’étonne moi-même, je me suis porté volontaire pour l’opération d’infiltration. Le Nettoyeur et ses complices ont scellé les entrées, alors je dois grimper sur le bâtiment. Oui oui, comme Peter Parker.

Le lieutenant Casey tient quand même à s’assurer de ma décision

– T’es sur que tu t’en sens capable ?

NON PUTAIN JE FLIPPE LÀ

– Ouais t’inquiète j’fais souvent de l’acrobranche, j’réussis le parcours noir sans souci

Sur ce, je prépare mon équipement et je passe mes directives à l’équipe d’intervention

– Foster, Flint et Ramos, vous allez vous poster respectivement sur les tours Nord, Est et Ouest

– Vas-y là tu m’as pris pour un campeur où quoi ?!

– Ok changement de programme. Foster t’es au chômage, et Jameson tu vas honorer ta première sélection en équipe A, tu te posteras sur la tour Nord.

– Ca roule boss

– Ramon et Weston vous surveillez mes arrières

– Ok et pour les tanks ?

– Quels tanks ? J’vois pas de tanks

– Mais si regarde bien derrière le petit rocher là

 

– Mais c’est une opération de sauvetage là on n’est pas dans World Of Tank …

Et c’est qui qui va payer les tanks ? Et bah c’est vous, misérables contribuables, qui trimez comme des malades tout ça pour manger des pâtes au ketchup toute l’année. Repas que votre femme vous aura préparé avant de le prendre en photo et de le poster sur Instagram avec en légende “Femme à marier :p :p :p”

Bref j’enfile mon équipement, j’me sens comme Sam Fischer dans Splinter Cell. Et je me prépare à courir vers la tour pour escalader la façade en verre avec mes gants ventouse.

– Ok Ramon couvre-moi

– Quoi t’as froid là ? Il fait au moins 18°C

– …

Je commence à escalader … 1 mètre … 2 mètres … 10 mètres … 100 mètres … 200 mètres …

 

… et là mes gants commencent à bégayer comme un patient à qui on aurait débranché l’assistance respiratoire. Dans quel pétrin me suis-je encore fourré, j’aurais du reprendre l’affaire familiale, j’serais tranquillement dans mon resto en train de servir des salade-tomate-oignon-sauce algérienne. Peut-être que j’empesterais l’huile de friture, mais au moins j’serais en sécurité.

Bon, là il faut que j’improvise et vite, sinon j’vais me fracasser sur le bitume comme la carrière de Gourcuff.

– Jameson t’es en position sur la tour Nord ? J’ai besoin que tu tires dans la vitre à côté de moi pour la briser

– À vos ordres inspecteur ! *FLLLLK*

– Nan Jameson, ça c’est ma cuisse

– Désolé … *FLLLLK* *KSSSSS*

– Bien joué

J’entre par la fenêtre d’une chambre, où réside un couple qui a l’air à fond dans l’action, à tel point qu’ils n’ont pas entendu la fenêtre se briser. Ils sont dans une position que je n’ai jamais vu de ma vie.

– Excusez-moi, c’est quelle position ça ?

– Le Trader pervers

– C’est pas dans le Kamasutra, si ?

– Si mais il faut télécharger le DLC Folle nuit avec DSK

Je décide ensuite de prendre l’ascenseur. Je sais, comme méthode d’infiltration c’est pas terrible, mais bon on fait comme on peut. J’entre dans l’ascenseur, et j’entends Validée en fond sonore. Il y a une mère et un enfant d’environ 6 ans. D’un coup, ce morveux se met à appuyer sur tous les boutons en me fixant avec un regard de défi. Je décide de ne pas me laisser faire.

– Tu trouves ça drôle ?

– Ouais et alors ?

– Ok tu veux la jouer comme ça, et bah sache que le père noël n’existe pas

– Ouais et toi t’es comme l’école en juillet

– ???

– Aucune classe …

– Si tes parents ont divorcé c’est à cause de toi

À ce moment-là, la mère saisit son enfant, qui commence à verser des larmes, et me dit d’un ton hystérique

– Non mais, ça va pas espèce de sociopathe !

– C’est lui qu’a commencé …

– Sortez tout de suite d’ici !

– Euh mais l’ascenseur est en train de monter là j’peux pas

– J’m’en bats les couilles, sortez pas la trappe du plafond

Putain la salope elle m’a viré de l’ascenseur.

 

Pour vous expliquer la situation inconfortable dans laquelle je me trouve, je suis en train de faire le grand écart entre 2 murs et il y a environ 250 mètres de vide juste en dessous de mes couilles. Autant dire que si j’ai une crampe ou si j’éternue, en 10 secondes j’me retrouverais à snifer un rail de coke avec Jimi Hendrix au paradis du rock. Mais c’est pas grave on s’adapte.

Je grimpe en m’inspirant de films motivants tels que No Pain No Gain, Never Back Down, … ou encore La Vengeance

 

 

Je parviens à atteindre mon objectif à la force du mental tel un moine Shaolin et je me connecte au système de vidéosurveillance. Logique, je ne vais pas faire du porte-à-porte à tous les étages comme un putain de témoin de Jehovah sachant qu’il y a environ 80 étages.

– Ok Siri connecte-moi au système de vidéosurveillance du Duczer Hotel

– Le mot magique ?

– Bordel Siri t’es un 6s maintenant, grandis un peu …

– Oh je vois, MONSIEUR est de mauvaise humeur, vas-y j’m’en occupe sinon tu vas encore me désactiver

Et voilà, désormais j’ai accès à toutes les caméras et je pourrais savoir où il est, peu importe où il se cache.

 

Je visionne les images pour savoir où ils se sont rendus.

Je les vois enfin, ils ont trimballé Jake dans un porte bagage, ont pris l’ascenseur, et se sont rendus au dernier étage, dans une zone aussi désaffectée que le cerveau de Ribery.

Je passe par le système électrique pour m’infiltrer. Je rampe entre les cafards et les rongeurs, quand soudain, j’entends du Mister You. Je me rapproche du son et une sorte de petit singe verdâtre m’interpèle

– Hey pssssttt … toi là ! Venir vers moi tu devrais

 

– C’est à moi que tu parles ?

– Nan au cafard je parles …

– Ah ok désolé

– Une blague bien sûr c’est

– Pourquoi tes phrases sont à l’envers là, à l’école on t’a pas appris sujet + verbe + complément ?

– À l’école des jedi, pas ça on apprend

– L’école des quoi ?

– Laisser tomber tu devrais

– Pourquoi tu m’as fait venir ?

– Du bon shit sa mère j’ai à proposer

– Nan ça ira merci …

Il se passe vraiment des choses bizarres dans cet hôtel. Mais bon, je continue à ramper jusqu’à arriver au-dessus de Jake et des ravisseurs

Je sais déjà d’après la vidéosurveillance qu’ils sont 4, je n’vous cache pas que c’est très tendu. Il faut que j’fasse ça bien.

– Jameson Flint et Ramos, vous êtes là ?

– On est en position

– Ok les suspects sont à l’étage 82, il y a un visuel côté Nord et Est

– C’est bon j’ai un visuel sur les cibles

– 1..2..3..4..5..6…

– Euh Flint ? Tu fais quoi là ?

– Bah j’compte les étages jusqu’au 82e

– C’est le dernier étage pauvre idiot !

– Ah ouais …

– Et moi j’fais quoi ?

– Ah, Ramos … toi tu vas nous commander des pizzas

– Ok inspecteur !

– Jameson et Flint, vous me couvrez, quand j’dis « AU CAAAAAAAAALME » vous tirez ok

– Pourquoi vous dites pas simplement « tirez » ?

– Je ne sais pas monsieur le génie, peut-être pour garder l’effet de surprise ?

– Mdr ah ouais

Je me prépare pour l’assaut. Mon cœur palpite à une vitesse folle, ça me rappelle la fois où j’ai passé mon bac. Bon, en fait c’était un bep. Oui bon, c’était le brevet des collèges en fait. Mais j’l’ai eu. Nan j’l’ai pas eu … Oh et puis de toute façon c’est pas le moment de parler de ça.

Discrètement, je descends en rappel en me fondant dans l’obscurité …

 

À force d’avoir la tête en bas, j’ai le sang qui me monte à la tête, et je commence à avoir des hallucinations. je vois mon daron, le singe dealer de tout à l’heure, et le mec qui me volait tout le temps mon goûter au collège. Ils me chuchotent …

– Attentioooooon Miller … tu vas t’évanouir …

 

– Hein quoi ? Qu’est ce qui se passe ?! J’suis mort c’est ça ?

– Nan, t’es juste un pauvre cinglé qui parle tout seul

Je reprends mes esprits petit à petit et je vois Jake ligoté comme un saucisson qui me dit

– AAAHANHIOONNNN

– Quoi ?

– HEEEEEHIIIEEEEEHHH WAAAA

Bon c’est vrai qu’avec un bâillon sur la bouche, c’est pas évident de prononcer les consonnes. Je détache mes harnets, et lui fais un calma calma avec mes mains pour lui faire comprendre que la situation est sous contrôle.

Soudain, mon cerveau commence à partir en vrille, un peu à la manière d’Avast quand tu traines un peu trop sur les sites porno (fais pas l’innocent, tu vois très bien de quoi j’veux parler)

 

Le temps se ralenti d’un coup. J’aperçois même une mouche en plein vol, vroom vroom elle fait des roues arrière dans le cul d’ta madre.

 

Je ne comprenais pas ce qui était en train de se passer, un millième de seconde venait se s’écouler depuis cet « état second » mais j’ai l’impression que ça avait duré 20 secondes. Puis tout à coup, je sens une force en mouvement s’approcher de moi. J’ai à peine le temps de l’identifier que mon corps opère un mouvement réflexe digne de Muhammad Ali

 

Puis s’enchaine une série de droites, gauches, uppercuts, que j’esquive avec une facilité déconcertante comme si mon instinct prenait le contrôle en pilotage automatique. Je fini par le mettre KO d’un seul coup de poing. Le deuxième homme subit le même sort.

Puis j’aperçois Le Nettoyeur. Il est tapi dans l’ombre, assis sur un fauteuil, ne prononçant aucun mot, observant le spectacle comme s’il était au cirque.

– Votre aventure s’arrête ici Le Nettoyeur. Prenez votre flambeau et rejoignez-moi.

*bruit de 9mm*

– Je ne crois pas non

Le dernier homme restant est là, armé, et trop loin de moi pour que je puisse tenter quoi que ce soit. Il s’apprête à tirer, et moi, sentant ma fin approcher, je me demande ce que je vais utiliser comme argument pour expliquer ma vie de débauche à dieu quand je me retrouverai en face de lui.

L’homme se met à me demander

– T’as un dernier mot à dire avant de mourir ?

– Oui. « AU CAAAAAAAAAAAAALME »

 

– Bien joué Jameson

– Merci inspecteur

 

Et là, je ne vois plus Le Nettoyeur. Il a profité de la confusion pour s’évaporer.

– Appel à toutes les unités, le suspect s’est échappé. Bouclez toutes les issues de l’immeuble et créez un périmètre autour de la zone. Personne n’entre ni ne sort … à part le livreur de pizzas.

Je me dirige vers Jake et le libère de ses entraves.

– Ca va sergent ?

– J’ai failli t’attendre tu sais

– Ouais j’ai un peu trainé en chemin, mais c’est une longue histoire. Tu veux que j’te repasse la voix off au fait ?

– Ouais vas-y s’il te plait

– Ok

 

AHHHH … ça fait du bien pouvoir vous reparler, ça m’avait manqué. Au fait, je ne sais pas ce que Miller vous a raconté, mais s’il a évoqué un évènement impliquant un âne, une piscine et un concombre, sachez que c’est faux. Vraiment, il dit n’importe quoi ce menteur.

Au sujet de ce qui s’est passé pendant que j’étais retenu prisonnier et pourquoi Le Nettoyeur m’a enlevé, je vous expliquerai ça plus tard.

Bref, nous sortons de l’hôtel et sommes déjà assaillis par les journalistes.

– Ici Martine LaHyen en direct sur BFHaineTV, je suis en compagnie du sergent Jake, retenu prisonnier par le fameux tueur en série, surnommé « Le Nettoyeur », qui sévit à Starf’ City. Sergent Jake, que pouvez-vous nous dire sur cet individu ? Était-il de confession musulmane ?

– Étant donné le pack de bière qu’il s’est descendu ça m’étonnerait

– Donc personne n’a crié « Allah u Akbar » ?

– Non, il a juste dit à son complice de « sortir la crosse volée même si le canon est voilé »

– Chers téléspectateurs, comme vous pouvez le constater, la piste djihadiste n’a toujours pas été écartée. Ici à Starf’ City dans ce quartier chic de Kopp Plaza, c’est la peur qui règne. Les rues sont désertes et les habitants ont fermé leurs volets. Il est évident qu’il faut éviter de faire des amalgames et de mettre tous les terroristes dans le même panier.

 

– Serrrrrgeeeeeeeeeeeeent ! Il faut que vous voyiez ça !

Oh … Le stagiaire qui arrive … même lui il m’a manqué. C’est surement à cause du choc post-traumatique.

– Qu’est-ce qu’il y a ?

– L’espagnol de la morgue nous a envoyé le rapport d’autopsie de la victime en fauteuil roulant

– Quel espagnol ? De quoi tu parles ?

– Bah le cojones là

– Ca s’appelle un « coroner » abruti

– Ouais c’est ça le cordonnier j’sais pas quoi. Il faut absolument que vous lisiez ça !

Miller arrive et s’empare du rapport, le regarde pendant 5 secondes et son visage se décompose comme un candidat qui ne trouve pas son nom sur la liste des bacheliers

– OH PUTAIN … Jake il faut que tu viennes voir ça

– Vas-y passe-moi ça

OH PUTAIN …

Write a comment